WIDEX BLOG

Hommes des caverne vs. Hommes modernes: Lesquels entendent le mieux?

07-10-2019
31-10-2019

Les hommes des cavernes entendaient-ils mieux que nous?

Peut être. Selon une nouvelle étude réalisée par des chercheurs de l’Université de Binghamton à New York, les premiers humains pouvaient entendre mieux que les chimpanzés et les humains modernes à certaines fréquences.

Mais comment savoir comment les personnes qui vivaient entre 1 et 3 millions d’années pouvaient entendre?

Heureusement, des fossiles détaillés d'anciens crânes humains donnent des indications sur la manière dont les premiers hommes exploitaient leurs oreilles. En utilisant l’imagerie informatique, les chercheurs ont étudié l’anatomie de l’oreille externe et de l’oreille moyenne de ces humains, qui vivaient depuis longtemps en Afrique du Sud. Comparés aux chimpanzés, ces fossiles présentaient des conduits auditifs plus courts et plus larges, des membranes tympaniques plus petites et un rapport levier moins élevé entre le malleus et l'incus.

Pour le dire simplement, les premiers humains n’entendaient pas de la même manière que nous.

Les chercheurs ont modélisé les capacités auditives de ces premiers humains en utilisant des reconstructions virtuelles de restes fossilisés. Ils ont ensuite utilisé cette information pour prédire comment ces humains lointains entendent. Les résultats? Une meilleure audition que les chimpanzés - et une audition différente de celle des humains aujourd'hui.

Les humains primitifs présentaient déjà une sensibilité accrue aux fréquences comprises entre 1,5 et 3,5 kHz. Plus simplement, c’est là que sont perçus les bruits de feuilles froissées, des aspirateurs, des téléphones et des consonnes dures comme «P», «H», «G», «CH» et «SH» et des capacités bien plus réduites dans la gamme de fréquences de l'audition humaine. Mais ils n’ont pas totalement égalé l’humain moderne en matière d’audition: l’homme moderne entend beaucoup mieux qu’eux dans les hautes fréquences.

A quoi cela est-il dû?

En comparant les oreilles et les capacités auditives des chimpanzés, des premiers humains et des hommes modernes, les chercheurs ont découvert des indices sur l'évolution de la communication. Comparés aux chimpanzés, les premiers humains percevaient d’avantage de sons aux fréquences plus élevées - et les humains modernes performent encore mieux à ce niveau. Selon les chercheurs, c’est ce qui nous aide à utiliser une «communication vocale complexe à courte distance».

En d’autres termes, c’est la raison pour laquelle nous pouvons avoir une conversation autour d’une table plutôt que de comprendre des grognements et des hurlements dans la jungle. Cette plage contient également des consonnes uniques telles que t, k, f et s. Selon l’étude, «l’utilisation de consonnes est l’une des principales distinctions… entre le langage humain et la plupart des communications animales».